Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Projets de recherche

Les prieurés-châteaux de la région mâconnaise au Moyen Âge

Patrick Défontaine
p. 321-331

Entrées d’index

Index de mots-clés :

prieuré, château

Index géographique :

France/Mâcon
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre des recherches en cours en vue de la réalisation d’une thèse de doctorat, à l’université de Bourgogne, sous la direction de M. Vincent Tabbagh, sur les prieurés réguliers monastiques et canoniaux des anciens diocèses de Mâcon et Chalon, aux Xe-XIVe siècles, nous avons réuni une série d’éléments qui permettent de proposer la catégorie de « prieuré-château », pour caractériser certaines dépendances monastiques ou canoniales. Cette notice propose un tour d’horizon des exemples retenus.

  • 1  Quatre autocéphales, un prieuré dépendant d’Ainay, vingt-neuf de Cluny, un de Grandmont, un de Lux (...)

2Au diocèse de Mâcon, pour sa seule partie de Saône-et-Loire, ont été recensés 55 prieurés réguliers 1. Sur ce nombre, 39 sont des prieurés ordinaires, connus seulement pour leur vie conventuelle, mais 16 ont aussi une fonction stratégique de défense de leur abbaye ou d’un territoire monastique. Cette fonction castrale, liée à la fonction prieurale (simul tenente), justifie une approche méthodologique spécifique. Nous l’appliquerons à 18 prieurés, en y incluant un établissement du diocèse de Chalon et un autre du diocèse d’Autun, en raison de leur situation géographique en Mâconnais. Il s’agit de Berzé-la-Ville, Bézornay, Blanot, Boutavent, Chevagny, Colombier-en-Brionnais (diocèse d’Autun), Laizé, Leynes, Lourdon, Mazille, Péronne, Plottes, Préty (diocèse de Chalon), Saint-Gengoux, Saint-Pierre-de-Mâcon, Saint-Hyppolite et Uchizy (fig. 1).

Fig. 1 – Emplacements des prieurés châteaux. Carte personnelle.

  • 2 .Dom G. Charvin, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny,9 vol., Paris, 1965-197 (...)
  • 3 .Honorius II, Lettre d’excommunication des doyennés de Laizé, Mazille et Péronne qualifiés de prieu (...)
  • 4  D. Méhu, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècle), Lyon, 2001, p. 100.
  • 5  J.-F. Reynaud, M. Pacaut et M. Wullschleger, Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, Lyon, 2002 (...)
  • 6  P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salveque, « Doyennés et granges de l’abbaye de Cluny en Clunisois (...)

3Ces communautés monastiques sont dirigées par un prieur ou par un doyen. Nous admettons ici l’équivalence entre prieuré et doyenné, car les « définitions » prises en chapitre général de Cluny s’appliquent à l’identique aux uns et aux autres 2. Chaque établissement est qualifié alternativement de l’une ou l’autre appellation 3. Ces prieurés sont installés dans un château préexistant ou sur un domaine que les moines transforment en château. Pour quelques-uns d’entre eux, nous développerons l’histoire des constructions ou des agrégations, l’importance des fortifications antérieures ou restantes, l’occupation monastique, les noms des prieurs, les activités liturgiques et pastorales. Les fonctions de ces prieurés-châteaux seront ensuite indiquées dans leur rôle militaire, leur rôle de résidence, celui des approvisionnements des abbayes et celui des contrôles des paroisses. L’étude théorique et les exemples de prieurés-châteaux ont été exposés en incidence de travaux plus vastes par Didier Méhu 4, Jean-François Reynaud 5 et le Centre d’études Clunisiennes 6.

  • 7 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. A. Bruel et A. Bernard, Paris, 1876, 6 vol., 1876-190 (...)
  • 8 CC 3017, 3027, 3607, 3712, 3712, 3714, 3715 et 3716.
  • 9  Chanoine P. Juenin, Nouvelle histoire de l’abbaye royale et collégiale de Saint-Filibert de Tournu (...)
  • 10  P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salveque, « Doyennés… », op. cit., p. 39.

4Le castrum de Lourdon est le premier de ces prieurés-châteaux. Il est cité dans un acte antérieur à la création de l’abbaye de Cluny 7 et fait probablement partie de sa dotation initiale. Le nombre exact de ses moines n’est pas connu. Les offices étaient célébrés dans la chapelle Saint-Hubert, dont les ruines sont visibles sur les restes de muraille. Arthaud est le premier doyen cité entre 1080 et 1103 8. La fonction symbolique de puissance en fait un lieu privilégié pour la signature de 140 actes datant de 910 à 1150, et transcrits dans les différents cartulaires clunisiens. Il sert de cadre aux négociations entre Cluny et Tournus pour régler certains litiges 9. La prise de Lourdon par le comte de Chalon en 1166 justifie l’intervention de Louis VII puis de Philippe Auguste pour rétablir l’ordre et ils obtinrent le pariage sur Saint-Gengoux. Le bailli de Louis IX prit également Lourdon d’assaut en 1250 pour obliger Cluny à participer aux frais de croisades 10. Lourdon était la résidence habituelle du grand prieur qui accueillait l’abbé dans les grandes occasions. C’est là que l’on trouve la prison pour les moines punis par l’abbé ou les définiteurs. Les fautifs sont conduits sous bonne escorte au lieu de détention. Approvisionné par les domaines dépendant de lui, le prieuré de Lourdon disposait de deux moulins et pourvoyait au mesaticum pendant deux mois de l’année ainsi qu’à la plus grande partie du vin. Le prieuré n’avait pas de cura animarum à Lournand (dépendance de Saint-Vincent-de-Mâcon), mais exerçait son patronat sur sept paroisses. Du castrum primitif il ne reste rien et peu de chose des vastes modifications apportées par l’abbé Claude de Guise en 1586. Richelieu ordonna la démolition au XVIIe siècle.

  • 11  T. Chavot, Le Mâconnais. Géographie historique, contenant le dictionnaire topographique de l’arron (...)
  • 12  D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 158-159 et 163-164.
  • 13  L. Raffin, « Le château de Lourdon », in Annales de l’académie de Mâcon, 15/2 (1910), p. 171.

5Autant l’information est riche sur Lourdon, autant elle est discrète sur le prieuré-château voisin de Chevagny, situé sur la même commune de Lournand. Son existence est ancienne 11. Didier Méhu le fait apparaître sur ses cartes des cercles de la domination clunisienne, puis le fait disparaître, mais n’en donne aucun commentaire 12. Selon une tradition orale rapportée par Léonce Raffin, Chevagny était un lieu de repos, le dortoir des moines de Lourdon, une sorte d’infirmerie fortifiée 13. Nous n’avons pas d’information sur ses activités, ni même le nom d’un prieur. Il n’est pas soumis au mesaticum. Il reste quatre tours remaniées au XIXe siècle, dont deux marquent l’entrée de la propriété. Chevagny n’avait aucune activité pastorale ou de patronage d’église. C’était en quelque sorte l’annexe fortifiée et confortable de Lourdon, avec un chemin conduisant directement de l’un à l’autre.

  • 14 CC 104.
  • 15  A. Déléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le haut Moyen Âge, Mâcon, 1941, p. 2 (...)
  • 16 CC 3795, 3734, 3850 et 3756.
  • 17 CC 3246.
  • 18  Manuscrit conservé à l’Académie de Mâcon, sous le titre donné ci-dessus.
  • 19  J. Virey, Les églises romanes de l’ancien diocèse de Mâcon, Mâcon, 1935, p. 91.
  • 20  T. Chavot, Le Mâconnais…, op. cit. p. 69.
  • 21 CC 4396, vers 1210.
  • 22  En 1252, voir D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 407, n. 60 et G. Duby, La société au XIe(...)
  • 23 Bibliotheca Cluniacensis, Paris, 1614 (2e éd. Bruxelles/Paris, 1915), col. 1668, vers 1280 [désorma (...)
  • 24 CC 4132.
  • 25  P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salveque, « Doyennés… », op. cit., p. 16.

6Situé au nord-ouest des précédents, le prieuré de Bézornay apparaît dans une charte dès 909 14. Le domaine s’y constitue surtout entre 980 et 1010 15. Les actes d’achat donnent le nom de plusieurs moines : Dacfredus, Airard, Geoffroy, Guillaume et Robert 16. Un mur d’enceinte est cité à la fin du XIe siècle 17. Bézornay conserve ce haut mur de façon fragmentaire et irrégulière, arrimé à une tour avec porte et trace de pont-levis. Les archéologues distinguent différentes périodes de constructions jusqu’à la guerre de Cent Ans. Le nom de castrum est donné en 1321 dans le manuscrit de recettes et dépenses 18. La chapelle Sainte-Agathe, au milieu de l’enclos, ne mesure que 6 x 5,89 m et possède une abside en encorbellement sous forme de tronc de cône renversé. Elle ne pouvait accueillir que quelques moines, dont le nombre n’est donné nulle part. Aucun pouillé ne mentionne d’activité paroissiale liée à Bézornay, mais Jean Vivey l’affirme sans référence 19, ainsi que Théodore Chavot citant la Bibliotheca Sebusiana 20. La fonction militaire et l’importance des revenus de Bézornay en firent un précieux gage diplomatique concédé en viager à la comtesse de Chalon 21, puis en pariage au duc de Bourgogne 22. L’abbé Yves de Chassant aurait renforcé les constructions 23. L’importance du doyenné pour le mesaticum le place au cinquième rang des fournisseurs 24, grâce à son rôle central de gestion des domaines de la vallée de la Gande 25.

  • 26 CC 2493.
  • 27  N° 182.
  • 28  D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 171, n. 118, citant PL.
  • 29 CC 4428 et 4482.

7Plus au nord encore de Cluny, le prieuré Saint-Hyppolite, implanté sur la commune de Bonnay, complète l’arc défensif de l’abbaye. Josseran Ier de Brancion donne une église de ce vocable à Odilon vers l’an Mil 26. Dès 1105, il est noté comme obédience au cartulaire de Saint-Hugues 27. Le pape Pascal II le visite le 4 février 1107 28. Des fortifications sont citées en 1207 et Josseran IV autorise l’extension de celles-ci 29. Le nom de castrum lui est donné en 1319. L’église à trois nefs et trois absidioles date du XIe siècle selon Jean Virey. Un massif fortifié a été constitué au XIIIe siècle par surélévation des croisillons du transept, qui englobe le massif du clocher, transformant le transept en donjon. Seul subsiste ce massif fortifié. Malgré l’importance architecturale de cet ensemble, aucun nom de doyen ni de moine n’est connu. L’église priorale était également paroissiale et but de pèlerinage. La fonction militaire est peu efficace devant les écorcheurs en 1441, et les moines décident de le quitter, mais ne le vendront qu’au XVIIe siècle. La polyculture est caractéristique du domaine avec froment (sept moulins), vignes et élevage. Exclu du mesaticum, Saint-Hyppolite fournit le vin et le service anniversaire du comte Hugues de Chalon, évêque d’Auxerre. Henri de Winchester énumère toutes ses capacités tirées de ses trois paroisses de Bonnay, Cormatin et Cortevaix.

  • 30  G. Duby, La société…, op. cit., p. 341.
  • 31 CC 2800, entre 1018 et 1027.
  • 32 CC 4711, BC 1505 et 1509.
  • 33  D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 422, citant Archives Nationales, K 188, n° 30 et BC 17 (...)
  • 34  D. Riche, L’ordre de Cluny à la fin du Moyen Âge, Saint-Étienne, 2001, p. 609, citant les archives (...)

8Au nord-est de Cluny, le château de Boutavent (fig. 1 et 2) fut créé par les sires de Brancion au début du XIIe siècle 30, malgré l’interdiction du concile d’Anse en 994 et celle du roi Robert 31. Les moines l’acquirent par échange avec le doyenné de Beaumont-sur-Grosne en 1237 32. Il est désormais inclu parmi les doyennés, rénové par l’abbé Yves II, et autorisé par le Dauphin à planter des fourches patibulaires 33. Cette entrée dans l’ecclesia cluniacencis est trop tardive pour lui donner droit à un patronage d’église, sans le dispenser de subvenir aux besoins de l’abbaye. En 1361, Boutavent doit un arrérage au pitancier de 78 setiers, 1 panal et 10 coupes de froment, plus 25 florins au chambrier 34. Le château fut victime des guerres de Louis XI et de Charles le Téméraire et, plus tard, des dégradations révolutionnaires. Il nous reste une haute cour carrée reconstituée au XIXe siècle avec une chapelle néogothique.

Fig. 2 – Photo de M. Yves de Valence, propriétaire de Boutavent.

  • 35 CC 721.
  • 36 CC 2217, 3213, 3351, 3529, 3720, 3829 et 3177.
  • 37 CC 3819.
  • 38  Voir note 3.
  • 39 CC 4132, vers 1146 1147.
  • 40 CC 4244.
  • 41 CC 4507.

9Au sud-ouest de Cluny, Mazille (fig. 1 et 3) est un domaine transmis vers 950 par Aquin au moment de sa prise d’habit 35. L’évêque de Mâcon Adon y ajoute l’église Saint-Julien en 962. Mazille se trouve dans la liste protégée du concile d’Anse et la bulle de Grégoire V. Des actes de concessions et échanges signalent un doyen Hugues, puis Guigue, puis Guillaume à la fin du XIe siècle, et enfin un prévôt Geoffroy 36. Mazille accueille un concile présidé par le légat Milon en 1103, auquel participent les évêques d’Autun, Mâcon, Belley et trois évêques anglais 37. Cela donne à Mazille une importance, expliquant sa prise de contrôle par Ponce de Melgueil au cours de son schisme 38. Pierre le Vénérable demande à Mazille de fournir toute l’avoine des équipages de visiteurs 39. Le sire de la Bussière donne aux moines le droit de fortifier le prieuré 40. On signale un prieur Josseran en 1217 41. Malgré ses fortifications, ce doyenné-prieuré n’a jamais eu le nom de castrum en titre, mais celui de domus. Sa situation dans le village et sa structure compacte de bâtiment, en bordure du bourg, en font plutôt un manoir résidentiel, annexe de l’abbaye lors des réceptions des immenses suites royales et ecclésiastiques du XIIIe siècle.

Fig. 3 – Vue cavalière de Mazille par Jean-Denis Salvèque, Bulletin du Centre d’études clunisiennes, 1998. Plan cadastral napoléonien d’Uchizy.

  • 42 . B. Rebuffet, Les grandes heures des églises de Mâcon, Mâcon, 1974, p. 44.
  • 43  B. Rebuffet, Les grandes heures…, ibid., p. 42-46, le chanoine donne toutes ces informations sans (...)

10Après cet aperçu sur quelques établissements clunisiens, nous étudions le grand prieuré de chanoines réguliers de Saint-Augustin : Saint-Pierre-de-Mâcon. C’est une ancienne abbaye plusieurs fois démolie et restaurée. En 1081, l’évêque Landry lui donne son statut définitif. C’est un grand prieuré logé dans un castrum dépendant de l’évêque. Le clocher est un donjon, sommet « d’un véritable domaine fortifié, ceint de murailles défensives, fortes d’une dizaine de tours 42 ». Le monastère avait deux portes, une donnant sur Mâcon, l’autre sur la route de Cluny. On compta jusqu’à quatre-vingts religieux, y compris les convers. Le nom de trente et un prieurs successifs est connu. Les offices avaient lieu dans l’église priorale à trois nefs et treize chapelles en absides. Le prieuré Saint-Pierre régissait une paroisse éponyme dans Mâcon et plus d’une cinquantaine d’autres réparties dans les diocèses de Besançon, Chalon, Lyon et Mâcon. Sa fonction militaire évidente mettra le prieuré à l’abri pendant quatre siècles. Symbole de puissance, il accueille le 8 septembre 1246 le pape Innocent IV avec douze cardinaux, trois patriarches, plusieurs évêques et abbés. Ils sont accompagnés de Louis IX, Blanche de Castille, Baudouin II et une armée de croisés. Saint-Pierre accueillait aussi les chapitres généraux de la congrégation d’Augustins avec participation des prieurs et chanoines délégués comme curés à l’extérieur. Il s’agit donc d’un prieuré atypique, servant aussi d’étape aux légats et nonces des papes en Avignon, et assurant le fonctionnement d’un hôpital pour la région. La jalousie des bourgeois de Mâcon prit prétexte de l’approche des armées de Louis XI pour démolir ce château susceptible de gêner la défense de la ville 43.

  • 44 Jean XXII, Exigente debito pastoralis officii, bulle reproduite dans P. Défontaine, L’ordre de Gran (...)

11Voyons un autre prieuré atypique, mais dans le sens de la modestie, celui de la Barbarandière (ordre de Grandmont) à Colombier-en-Brionnais. Il est du diocèse d’Autun, mais à la frontière du Mâconnais. Cette celle dépendra du prieuré de Viaye (diocèse du Puy) après la réforme de Jean XXII en 1317 44. Une tour remplace, au sud-est de l’ancienne église priorale, les bâtiments d’accueil des hôtes. La fonction de défense est prouvée par la présence d’une meurtrière au deuxième étage de la tour. L’ordre grandmontain défendait à ses membres de plaider en justice, de garder des archives de propriété et d’amasser des biens. C’est pourquoi le prieuré de Colombier-en-Brionnais n’avait pas d’activité paroissiale, ni de patronage d’église. La fonction militaire se limitait au guet et à l’attente des renforts en cas d’attaque.

  • 45  Archives départementales de Saône-et-Loire, 71 H 177, n° 8, diplôme du 22 mai 989 concernant Uchiz (...)
  • 46  C. H. Dard et J. Martin, « Plottes », Bulletin de la Société des amis des arts et des sciences de (...)
  • 47 Cartulaire de Saint-Vincent-de-Mâcon ou livre enchaîné, éd. M.-C. Ragut, Mâcon, 1864, n° 625, p. 37 (...)
  • 48  Prospectus sans date de l’office de tourisme.
  • 49  Conférence de Raymond Oursel à Uchizy le 8 septembre 1996.
  • 50  Archives communales AA I, transférées aux Archives départementales de Saône-et-Loire. Traduction d (...)

12Terminons ce tour d’horizon par trois prieurés-châteaux construits autour de Tournus et lui servant de postes défensifs avancés. Il s’agit de Plottes, Préty et Uchizy (fig. 1). Ils ont tous trois le titre officiel de prieurés. Leur agrégation à Saint-Philibert date des origines (875-878) par des actes de Charles le Chauve et Louis le Bègue. Parmi les confirmations ultérieures, il faut retenir un acte d’Hugues Capet, qui est le plus ancien manuscrit original des archives de Saône-et-Loire 45. Tournus reçoit les droits des églises avec les revenus curiaux. L’abbaye y installe des moines, dont l’un est prieur, et construit des fortifications castrales. Le rôle militaire défensif est propre à chacun d’eux. Préty offre sur la rive gauche de la Saône une résidence protégée pour l’abbé. La création initiale de Préty par le sire de Bagé et sa donation à Tournus sont transmises dans une tradition non documentée. Le château et l’église sont entièrement brûlés en 1477 par les troupes de Maximilien et les archives ont connu le même sort. L’église fut reconstruite. Il ne reste pas une motte du château sauf sur le cadastre. Le prieuré-château de Plottes protégeait le village, à neuf kilomètres au sud-ouest de l’abbaye, et gérait la paroisse, dont un chapelain fut Pierre de Saint-Julien de Balleure. Le château fut gravement endommagé par Poncenat, lieutenant d’Henri de Navarre, qui le réclamait près de lui en 1572 et plaisantait « après Paris, Plottes » 46. Le deuxième niveau fortifié du château fut démoli et le rez-de-chaussée réaménagé en logement particulier. Quant à l’église Saint-Barthélemy, elle fut démolie au XIXe siècle et reconstruite en néoroman dans sa position antérieure, parallèle à l’enceinte castrale. Uchizy est encore plus près de Tournus, au sud et près du fleuve. Sous la protection de ce prieuré-château un village s’est construit dans le périmètre des douves. Le logement des moines fut aménagé dans le prolongement occidental de l’église et le cloître était accolé à l’enceinte castrale (fig. 3). Le clocher surélevé servait pour le guet. On connaît le nom d’un seul prieur : Hugues de Beaufort 47. L’église était à la fois priorale et paroissiale. D’après Michel Bouillot, Uchizy aurait servi de noviciat à Tournus 48, et, selon Raymond Oursel, d’étape à un pèlerinage entre Cluny et Saint-Claude 49. Ceci s’appuie sur une fresque dans l’église représentant la démission de Saint-Claude de l’archevêché de Besançon à l’abbé de son ordre. L’existence dans le village d’une chapelle Saint-Hymetière, saint jurassien lui aussi, renforce cette hypothèse. En tant que seigneurie d’Uchizy, il se distingue par la charte de franchise accordée aux habitants en 1331. On possède la liste des 172 chefs de famille (dont vingt-quatre femmes) et le texte de l’accord avec l’abbé Girard IV faisant fonction de prieur 50.

  • 51  V. Tabbagh, Exposé introductif au séminaire de seconde année de Master du 14 février 2009.

13Le cadre étroit de cet article ne permet que d’effleurer le sujet de l’évolution castrale de plusieurs prieurés du Mâconnais. Cela m’incite à y consacrer un chapitre plus détaillé dans la rédaction future de ma thèse de doctorat. Ce sera l’occasion aussi, et une nécessité, de comparer ce processus avec celui des châteaux de la Bourgogne du nord, dont les châtelains laïcs suscitent la création de prieurés dans leurs enceintes 51.

Haut de page

Notes

1  Quatre autocéphales, un prieuré dépendant d’Ainay, vingt-neuf de Cluny, un de Grandmont, un de Luxeuil, un de Moutiers-Saint-Jean, trois de Perrecy, deux de Saint-Claude, un de Saint-Pierre-de-Chalon, trois de Saint-Pierre-de-Mâcon et neuf de Tournus.

2 .Dom G. Charvin, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny,9 vol., Paris, 1965-1979, t. 3, p. 146 et t. 4, p. 167.

3 .Honorius II, Lettre d’excommunication des doyennés de Laizé, Mazille et Péronne qualifiés de prieurés (1126), in J.-P. Migne (éd.), Patrologie Latine, Montrouge/Paris, 1849-1855, t. 166, col. 1260 [désormais PL].

4  D. Méhu, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècle), Lyon, 2001, p. 100.

5  J.-F. Reynaud, M. Pacaut et M. Wullschleger, Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes, Lyon, 2002, p. 68.

6  P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salveque, « Doyennés et granges de l’abbaye de Cluny en Clunisois et Mâconnais du XIe au XIVe siècle », in Centre d’études clunisiennes, 1998, p. 1-59.

7 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. A. Bruel et A. Bernard, Paris, 1876, 6 vol., 1876-1903, n° 34 (vers 888) [désormais CC]. La charte 34 est un acte de vente entre particuliers signé au château de Lourdon (Lordono castello) l’an I du roi Eudes. La conservation de cet acte, antérieur à la création de Cluny, conforte l’hypothèse de Lourdon, centre d’archives, intégré au patrimoine initial de l’abbaye.

8 CC 3017, 3027, 3607, 3712, 3712, 3714, 3715 et 3716.

9  Chanoine P. Juenin, Nouvelle histoire de l’abbaye royale et collégiale de Saint-Filibert de Tournus, Dijon, 1739, p. 109 : Conciles sous la présidence des légats de Pascal II, Richard d’Albano puis Gérard d’Angoulême, en février 1108 et octobre 1109.

10  P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salveque, « Doyennés… », op. cit., p. 39.

11  T. Chavot, Le Mâconnais. Géographie historique, contenant le dictionnaire topographique de l’arrondissement de Mâcon,Paris/Mâcon, 1884, p. 105, cite le CC 38 de 889. Selon lui, Chevagny est une obédience en 1105, un doyenné au XIIIe siècle.

12  D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 158-159 et 163-164.

13  L. Raffin, « Le château de Lourdon », in Annales de l’académie de Mâcon, 15/2 (1910), p. 171.

14 CC 104.

15  A. Déléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le haut Moyen Âge, Mâcon, 1941, p. 292-302 et 1080-1084.

16 CC 3795, 3734, 3850 et 3756.

17 CC 3246.

18  Manuscrit conservé à l’Académie de Mâcon, sous le titre donné ci-dessus.

19  J. Virey, Les églises romanes de l’ancien diocèse de Mâcon, Mâcon, 1935, p. 91.

20  T. Chavot, Le Mâconnais…, op. cit. p. 69.

21 CC 4396, vers 1210.

22  En 1252, voir D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 407, n. 60 et G. Duby, La société au XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, 1953, rééd. 1971, p. 558.

23 Bibliotheca Cluniacensis, Paris, 1614 (2e éd. Bruxelles/Paris, 1915), col. 1668, vers 1280 [désormais BC].

24 CC 4132.

25  P. Garrigou-Grandchamp et J.-D. Salveque, « Doyennés… », op. cit., p. 16.

26 CC 2493.

27  N° 182.

28  D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 171, n. 118, citant PL.

29 CC 4428 et 4482.

30  G. Duby, La société…, op. cit., p. 341.

31 CC 2800, entre 1018 et 1027.

32 CC 4711, BC 1505 et 1509.

33  D. Méhu, Paix et communautés…, op. cit., p. 422, citant Archives Nationales, K 188, n° 30 et BC 1753.

34  D. Riche, L’ordre de Cluny à la fin du Moyen Âge, Saint-Étienne, 2001, p. 609, citant les archives secrètes du Vatican, Collectoria 484.

35 CC 721.

36 CC 2217, 3213, 3351, 3529, 3720, 3829 et 3177.

37 CC 3819.

38  Voir note 3.

39 CC 4132, vers 1146 1147.

40 CC 4244.

41 CC 4507.

42 . B. Rebuffet, Les grandes heures des églises de Mâcon, Mâcon, 1974, p. 44.

43  B. Rebuffet, Les grandes heures…, ibid., p. 42-46, le chanoine donne toutes ces informations sans citer ses sources.

44 Jean XXII, Exigente debito pastoralis officii, bulle reproduite dans P. Défontaine, L’ordre de Grandmont ou la voie étroite du monachisme en Bourgogne, mémoire dactylographié de maîtrise, université de Bourgogne, Dijon, 2004, p. 48 et 176.

45  Archives départementales de Saône-et-Loire, 71 H 177, n° 8, diplôme du 22 mai 989 concernant Uchizy et Saint-Romain-des-Îles.

46  C. H. Dard et J. Martin, « Plottes », Bulletin de la Société des amis des arts et des sciences de Tournus, 21 (1921), p. 2.

47 Cartulaire de Saint-Vincent-de-Mâcon ou livre enchaîné, éd. M.-C. Ragut, Mâcon, 1864, n° 625, p. 379, entre 1167 et 1184.

48  Prospectus sans date de l’office de tourisme.

49  Conférence de Raymond Oursel à Uchizy le 8 septembre 1996.

50  Archives communales AA I, transférées aux Archives départementales de Saône-et-Loire. Traduction de C. Dard dans le Bulletin de la Société des amis des arts et des sciences de Tournus, n° 25, p. 132 sqq. et Annales de l’académie de Mâcon, n° 25, p. 46.

51  V. Tabbagh, Exposé introductif au séminaire de seconde année de Master du 14 février 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Emplacements des prieurés châteaux. Carte personnelle.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 2 – Photo de M. Yves de Valence, propriétaire de Boutavent.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3 – Vue cavalière de Mazille par Jean-Denis Salvèque, Bulletin du Centre d’études clunisiennes, 1998. Plan cadastral napoléonien d’Uchizy.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Défontaine, « Les prieurés-châteaux de la région mâconnaise au Moyen Âge », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 321-331.

Référence électronique

Patrick Défontaine, « Les prieurés-châteaux de la région mâconnaise au Moyen Âge », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cem.revues.org/11092 ; DOI : 10.4000/cem.11092

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org