Navigation – Plan du site
Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés - ARTEHIS
Etudes & travaux

Reconstitution des portails de Cluny III : des fouilles de Conant à l’imagerie virtuelle en 3D

Juliette Rollier-Hanselmann
p. 157-170

Entrées d’index

Index de mots-clés :

portail

Index géographique :

France/Cluny
Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1930, Kenneth John Conant (1894-1984) a effectué des sondages ponctuels pour étudier les édifices antérieurs, ce qui l’a conduit à trouver de nombreux vestiges sculptés provenant de la grande abbaye. Les méthodes stratigraphiques n’existant pas encore, l’archéologue a procédé uniquement par sondages (appelés pits en anglais). En ce qui concerne l’avant-nef, il a ainsi retrouvé un grand nombre de fragments appartenant au portail roman (daté vers 1115-1120) et à la façade gothique (première moitié du XIIIesiècle).

  • 1  N. Stratford et D. Walsh, Corpus de la sculpture clunisienne, vol. 1, publication en cours, 2009. (...)

2Le matériel lapidaire mis au jour par Conant fait l’objet de divers travaux actuellement, dont ceux de Neil Stratford, conservateur honoraire au British Museum. Un premier volume du Corpus de la sculpture de Cluny doit voir le jour en fin d’année, ouvrage consacré au chevet. Un second volume présentera le lapidaire civil remarquable et sortira en 2010 1.

  • 2  Avec la collaboration de Stéphanie Castandet, doctorante (Iramat-Institut de recherches sur les ar (...)

3Notre projet est consacré à l’avant-nef, en essayant de restituer deux façades – l’une romane, l’autre gothique – dans leur contexte, ainsi qu’une partie des polychromies. Un financement exceptionnel – Conseil régional de Bourgogne, Conseil général de Saône-et-Loire, Fnadt, Feder, Arts et Métiers ParisTech, mécènes – pour le 1100e anniversaire de l’abbaye a permis de constituer une équipe interdisciplinaire d’une vingtaine de personnes (équipe Gunzo)2.

4À l’occasion de cet anniversaire, un projet de réhabilitation du site (nommé Hézelon) a également été lancé par les Arts et Métiers-ParisTech Centre de Cluny, le Centre des Monuments nationaux, le ministère de la Culture et de la Communication et les collectivités territoriales.

  • 3  Du 16 au 19 février 2009, plusieurs essais ont été réalisés par une équipe constituée de Bernard V (...)

5L’équipe Gunzo, dirigée par Christian Père, maître de conférences (UMR-Cnrs 5158, équipe d’immersion virtuelle, ParisTech), est chargée de numériser les éléments subsistants de l’abbaye et de proposer une restitution virtuelle en 3D des parties disparues. Les vestiges archéologiques numérisés avec grande précision ; ces données servent de base aux nombreux calculs géométriques qui orientent les ingénieurs chargés de la restitution des parties disparues. L’étude de la documentation existante (gravures, dessins, esquisses), ainsi que les descriptions, comme celle relativement détaillée de Benoît Dumolin (milieu XVIIIesiècle) complètent les données. Les travaux des ingénieurs sont suivis par des historiennes de l’art (J. Rollier, Y. Georgieva) et tiennent compte des recherches archéologiques menées sur le terrain depuis vingt ans – A. Baud, N. Reveyron, G. Rollier et C. Sapin. Les observations de J.-D. Salvèque sont également intégrées dans l’étude. Un suivi régulier, par l’équipe archéologique, permet de valider chaque état d’avancement de la maquette virtuelle. En ce qui concerne la restitution de l’ambiance colorée, S. Castandet a engagé une thèse de doctorat, dans le cadre d’une convention tripartite entre Arts et Métiers Paristech et les universités de Lyon II (N. Reveyron) et de Bordeaux3 (Iramat-Crp2a, F. Bechtel et F. Daniel). Une étude sur l’incidence de la lumière dans l’abbaye est également en cours (P. Callet, Mas-École Centrale Paris). Par ailleurs, J.-F. Coulais, géographe, est chargé de proposer une restitution en 3D retraçant les évolutions du paysage urbain de Cluny au cours du Moyen Âge. Des photographies aériennes en très haute définition, permettent d’amorcer un travail de fond jamais fait auparavant 3.

  • 4  Colloque nommé pour l’instant « Archéo-technologie », organisé par Arts et Métiers-ParisTech Centr (...)

6Un colloque prévu en novembre 2010 ainsi qu’une publication présenteront les premiers résultats de ces recherches 4.

Tri du matériel lapidaire

  • 5  Gilles Rollier, Rapport de synthèse-fouilles de sauvetage 1988-90-Narthex de Cluny lll et cour abb (...)

7En ce qui concerne l’avant-nef, le fonds Conant représente environ 120 caissettes de fragments. À cela s’ajoute le matériel trouvé lors des fouilles de 1988-1989, soit environ 250 caisses. Il convient de rappeler rapidement les conditions de travail déplorables de l’époque. L’avant-nef devait être rapidement déblayée à la pelle mécanique et la terre évacuée à la déchetterie (fig. 1). L’archéologue Gilles Rollier 5 a demandé l’autorisation orale à la Drac de transporter cette terre sur une aire de stockage à l’extérieur de la ville, afin de procéder au tri de 4 000 m3 de remblai, travail  effectué durant trois mois. Plus de 6 000 fragments de sculpture romane ont ainsi été récupérés (environ 250 caisses de fragments) et sauvés de la destruction.

Fig. 1 – Cluny, vue des fouilles de l’avant-nef en 1988.

8Pour étudier les deux portails de l’avant-nef, il s’agissait donc de trier 370 caissettes de pierres contenant des éléments provenant de toutes les parties de l’élévation : piliers, colonnes, chapiteaux, frise, portails, voûtes, corniches. Nous avons prélevé environ 50 caisses qui ont été transportées dans le musée où un inventaire précis, sur base de données, est effectué, ainsi qu’une campagne photographique. La taille des fragments varie de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres selon les éléments. Certains blocs sont difficilement transportables (fig. 2-3).

Fig. 2 – Cluny, quelques fragments (fonds Rollier : a, fonds Conant : b et c).

Fig. 3 – Cluny, quelques fragments provenant des fouilles de 1988 (clichés J. Rollier).

  • 6  L’arraba est un décor ornemental constitué d’une frise horizontale et de deux bandes latérales. K. (...)

9Un premier tri visait à distinguer les éléments appartenant au portail roman et à la façade gothique, laissant de côté ceux concernant les autres parties de l’avant-nef, tels que les frises et chapiteaux (divers types d’acanthe, crochets, palmettes, personnages accroupis). De même l’arraba 6, encadrant les écoinçons du tympan, n’a pas encore été analysée. Quant aux éléments architectoniques – piliers, pilastres cannelés, corniches, moulures – ils restent à étudier.

10Comme chacun des morceaux a été marqué d’un numéro par les archéologues Conant et Rollier, il était ensuite possible de les rassembler et de les mélanger, pour effectuer des rapprochements, par type de calcaire, type de motifs et type de couleurs.

11Pour le portail roman, il s’agissait ensuite de différencier les personnages du linteau, ceux du tympan et les éléments des archivoltes. Un rangement par type de calcaire a facilité en partie le travail. En effet, les apôtres du linteau sont sculptés dans un calcaire beige, tandis que les éléments de l’archivolte sont élaborés dans le calcaire blanc de la Lie. Les hypothèses de travail de Conant peuvent être maintenant corrigées et complétées par l’étude de la polychromie. Des prélèvements de pigments sont également faits sur les parties remarquables.

Le portail roman dans la documentation ancienne

  • 7  É. Vergnolle, L’art roman en France, Paris, 1994, p. 238.
  • 8  B. Dumolin, Description historique et topographique de la ville, abbaye et banlieue de Cluny, Clun (...)

12D’après les vestiges archéologiques encore en place, nous pouvons estimer que le tympan mesurait 5,60 mètres de large et 3,25 mètres de hauteur, pour une épaisseur d’environ 40 centimètres. Selon la description de Benoît Dumolin, au milieu du XVIIIsiècle, il serait sculpté dans un seul bloc, tout comme le linteau 7. La mise en place d’un tel portail était donc un exploit technique difficile à réaliser vers 1120 et Benoît Dumolin parle d’ailleurs d’une sorte de miracle survenu au moment de la pose du linteau 8.

  • 9  B. Maurice, la Maior Ecclesia, Cluny, 1988, p. 40. K. J. Conant, Cluny…, op. cit., pl. XXI.

13Une gravure de J.-F. Garnerey, publiée en 1825, montre le portail roman de façon trop imprécise pour permettre une reconstitution fiable – le Christ n’est pas entouré d’une mandorle et diverses figures flottent le long du linteau 9. Un dessin de Jean-Baptiste Lallemand (1773) restitue l’avant-nef dans son ensemble, mais l’image du portail est imprécise (fig. 4).

Fig. 4 – Cluny,dessinde J.-B. Lallemand, vers 1773 (Bibl. nat.).

14En revanche la description qu’en fait Benoît Dumolin au milieu du XVIIIe siècle est d’une grande utilité :

« La couverte de la porte [= linteau] est d’une seule pierre épaisse de 14 pouces, haute de 3 pieds […] elle est ornée de 23 figures de saints en relief, presque entassés tant elles sont proches l’une de l’autre.

La couverte de la porte est chargée d’une niche de même largeur (= tympan), haute d’environ neuf pieds, son enfoncement est de 8 à 10 pouces ; ce morceau est d’autant plus remarquable qu’il est orné d’une seule pierre entaillée dans la couverte et dans les flancs du cintre […] Dans le centre de cette niche on en voit une autre en ovale [= mandorle], terminée par une plate bande large d’un demi-pied, et presqu’autant hors d’œuvre ; cette dernière est remplie par la figure du père éternel, représenté assis [Christ en Majesté], un livre à sa main gauche et à la droite élevée comme pour donner la bénédiction ; ses pieds sont appuyés sur un demi-ovale horizontal de neuf pouces de saillie placé immédiatement au dessus de la couverte de la porte : à côté du père éternel et dans la grande niche on voit à droite et à gauche les figures symboliques des quatre évangélistes, celles de deux anges portés sur des nuages, embrassant la niche du centre et à côté de ceux-ci la figure de deux autres, un de chaque côté des pieds aussi contre les nuages, mais renversés obliquement de façon que leur tête portent vers les pieds des premiers. Toutes ces figures sont en relief exprimé et tiré du fond de la masse qui forme la niche [= technique de taille en cuvette]. »

15Dumolin parle ensuite avec précision des voussures du portail, qui contiennent des motifs végétaux et une voussure occupée par quinze petites arcatures abritant chacune une figure d’ange. La quatrième voussure est décorée de vingt-cinq médaillons ornés d’une tête. Tous ces éléments peuvent être étudiés à partir du matériel archéologique récolté. Dans certains cas la polychromie subsiste également.

16Autour du portail courait une frise décorative, nommée arraba, et les écoinçons latéraux étaient occupés par les quatre apôtres, clairement visibles sur le dessin de J.-B. Lallemand et décrits précisément par Dumolin :

« On voit une plate bande large d’environ un pied et demi, tirée en ligne droite sur la largeur du vestibule, elle est placée immédiatement sur le grand cintre et descend perpendiculairement de chaque côté jusque à sa naissance. Cette plate bande est chargée de roses et de figures d’animaux monstrueux placés alternativement sur le cadre qui règne entre la plate bande et le grand cintre du portail, on voit de chaque côté deux statues en relief, hautes d’environ 4 pieds et demi, elles paraissent exprimer quatre des saints apôtres. »

17Un niveau d’arcatures était situé au-dessus du portail, lesquelles étaient ornées de peintures murales :

« on voit neuf niches, séparées entre elles chacune par un pilastre haut d’environ cinq pieds, les pilastres sont cannelés et les chapiteaux gothiques ; huit niches, quatre de chaque côté, sont ornées chacune de la figure d’un abbé en plate peinture ; la niche du centre sert de fenêtre pour éclairer la chapelle de saint Michel ».

18La description de Dumolin concerne aussi la partie supérieure du mur pignon percé de quatre baies :

« Du dernier cordon jusqu’à la voûte du vestibule, on ne voit plus rien de remarquable ; le mur y est percé de quatre fenêtres inutiles dont trois sont sur le même alignement et la quatrième touche presqu’à la hauteur de la voûte. »

19En revanche, la vue de J.-B. Lallemand (fig. 4) pourrait tenir compte d’une importante reprise de la façade, car elle fait état du rebouchage des trois baies inférieures. L’oculus serait donc le résidu d’une baie obturée de moitié par un appui rectangulaire du XVIIIesiècle.

Étude du matériel lapidaire

20Conant a proposé une restitution du portail qui sert de base pour nos travaux. Sa maquette en plâtre est le résultat de recherches assidues faites à partir du matériel récolté (fig. 5). Les plus beaux personnages retrouvés par l’archéologue américain sont présentés au musée d’Art et d’Archéologie de Cluny. Une dizaine d’apôtres peuvent être replacés sur le linteau, en raison de leurs dimensions, de leur position et du type de calcaire choisi.

21La description de Benoît Dumolin précise que le linteau comptait vingt-trois personnages, dont le cortège apostolique (douze figures), disposé de part et d’autre d’une Vierge entourée de deux anges (trois figures). Aux extrémités du linteau, Conant a placé deux scènes bibliques, à gauche les Saintes Femmes au tombeau et à droite les pèlerins d’Emmaüs, ce qui paraît vraisemblable dans l’état actuel des recherches.

  • 10  Provenant des fouilles de l’avant-nef en 1988-1989 par Gilles Rollier.

22Le tri du matériel archéologique – fonds Conant et Rollier 10 – permet d’y ajouter de nombreux morceaux, dont certains sont polychromes. Nous distinguons des personnages de tailles différentes, sculptés dans plusieurs types de calcaire. Ceux du linteau sont taillés dans du calcaire oolithique, de teinte beige à gris selon les lits. Plusieurs archivoltes sont réalisées dans le calcaire pisolitique blanc provenant des carrières de la Lie (près de Mâcon). De telles indications techniques aident à répartir les fragments à l’intérieur du portail ou sur les parties périphériques. De nombreuses marques de taille de pierre et d’outils sont également perceptibles.

  • 11  A. Blanc, C. Lorenz et J.-D. Salvèque, « Les différentes carrières exploitées lors de la construct (...)
  • 12  A. Blanc, C. Lorenz et J.-D. Salvèque, « Les différentes carrières… », ibid., p. 337.

23À titre de comparaison, les grands chapiteaux provenant du déambulatoire – actuellement présentés dans le farinier –, ont été sculptés dans du calcaire à entroques 11. Le calcaire micritique beige à bleuté, de qualité fine, a servi de façon ponctuelle pour les murs en grand appareil de l’avant-nef. D’autres éléments en arkose ont été utilisés à la base de la porte d’honneur 12.

  • 13  É. Vergnolle, L’art roman…, op. cit., 1994.

24Le linteau était soutenu par deux consoles, dont l’une était constituée d’un atlante, relativement bien conservé – musée d’Art et d’Archéologie de Cluny –, qui présente de nombreux restes de couleur jaune. Un exemple similaire d’atlante se trouve au prieuré clunisien de Charlieu (Loire) 13.

25Certains éléments de la façade romane sont disséminés dans divers musées à l’étranger, notamment le personnage majeur qu’était saint Pierre – Providence, Rhode Island School of Design –, un apôtre est conservé à New York – Metropolitan Museum of Art –, l’aigle de saint Jean à Paris (musée du Louvre) ainsi qu’un piédroit (Paris, musée de Cluny).

  • 14  B. Marguery-Melin, La destruction de l’abbaye de Cluny, 1789-1823, Cluny, 1985 ; J.-D. Salvèque, « (...)

26En 1810 la destruction de la façade romane a été achevée à la mine et il est difficile de savoir dans quelle mesure le portail roman a été touché 14. Il subsiste plusieurs fragments appartenant au Tétramorphe – ailes, tête de lion, pattes griffues. L’aigle de saint Jean (conservé au Louvre) est l’élément le plus complet qui donne l’échelle approximative de l’ensemble. La base de la mandorle du Christ est un autre morceau important.

  • 15  É. Vergnolle, L’art roman…, op. cit., p. 240.
  • 16  É. Vergnolle, L’art roman…, ibid., p. 240. « Les figures du tympan étaient si dégagées que par end (...)
  • 17  P.ex. l’église de Perrecy-les-Forges église, qui dépendait de Saint-Benoît-sur-Loire, a été dotée (...)

27La chronologie de la construction permet de situer la datation du portail roman vers 1115-1120 15. Le style des sculptures ressemble à d’autres créations de l’époque, comme les portails d’Anzy-le-Duc, Montceaux-l’Étoile et Perrecy-les-Forges. Les drapés sont articulés en réseaux parallèles et en plis souples qui retombent en cascades. Le traitement des reliefs est très développé, avec des figures presque en ronde-bosse par endroits 16. Le tympan et le linteau de Cluny ont été taillés selon la technique dite en cuvette que l’on observe également sur divers tympans bourguignons17.

Le portail gothique

  • 18  K. J. Conant, Cluny, op. cit., p. 119.

28L’avant-nef a été un chantier de longue haleine avec la mise en place de la façade gothique dans la première moitié du XIIIesiècle, peut-être sous Roland de Hainaut (1120-1128) 18.

  • 19  Dessin conservé au Musée Ochier, reproduit par K. J. Conant (pl. XlX).

29Un dessin de J.-B. Lallemand, daté vers 1773 (fig. 6) 19 permet de connaître l’aspect de cette façade avant la destruction, mais l’interprétation de ce document soulève un certain nombre de questions, notamment quant à l’organisation précise du portail, le nombre et la disposition des ouvertures sur les tours barabans.

Fig. 6 – Cluny, dessin de la façade gothique, J.-B. Lallemand, vers 1773 (Musée Ochier, Cluny).

30La description de B. Dumolin apporte de nombreuses précisions, qui ne sont pas visibles sur le dessin de Lallemand :

« Le portail du vestibule [= avant-nef] est dans le goût gothique ; il a environ 26 pieds d’hauteur sur la largeur de 16, ce qui en marque évidemment l’irrégularité.

Les jambages sont ornés de chaque côté de quatre colonnes en pierre, isolées, dont la première à droite et à gauche est coupée horizontalement en manière de niches.

Dans la droite est placée une figure en pierre, haute d’environ six pieds, sous l’image de saint Jean Évangéliste ;

Saint Étienne sous une figure parallèle à la première, remplit la niche sur la gauche. Le milieu de la porte est partagé par une colonne perpendiculaire [= trumeau], de niveau aux collatérales, aussi coupée en manière de niche, ornée de la statue de saint Pierre, semblable en tours et hauteurs aux premières figures.

La porte du vestibule est à deux batans en bois, taillée en sculpture, et ornée de trente figures en relief. Les cintres du portail sont surbaissés ; des cintres au contour s’élève une demi-rose en vitraux, à cinq colonnes en pierre, placée sur un massif haut, d’environ trois pieds, appuyé sur les cintres. La façade du massif est peinte et ornée de trois figures de pierre en relief, celle du centre est l’image de la Vierge, les deux figures collatérales représentent des anges.

Le grand cintre du portail [= tympan] est orné de moulures, qui naissent du niveau des colonnes qui en ornent les flancs.

De l’une ou l’autre tour qui terminent la largeur du portail il y a trente pieds. Le massif adossé de chaque côté sur les tours contre lequel les flancs du portail sont appuyés en a douze d’épaisseur, il s’étend du dehors de la poutre jusque au-dedans du vestibule au niveau des tours.

Le quatrième et le cinquième degré leur plateforme et le portail, sont couverts par un appentis, autrefois décoré par un lambris peint, formé suivant le contour du portail.

Au-dessus de l’appentis qui couronne le portail, on voit une rose qui remplit le vide de l’une à l’autre tour ; cette rose est dans son plein cintre, elle forme un niveau d’environ trente pieds de diamètre, composé de vingt branches qui naissent de la circonférence d’une rose plus petite qui forme le centre.

La première, les branches de deux en deux terminent à leurs extrémités un centre taillé en trèfle ; le contour du grand centre est formé par une moulure massive en manière de quart-devant, placé entre deux tours creuses.

La rose est couronnée par un massif en chevron brisé, élevé au niveau du couvert du vestibule, à l’extrémité du chevron brisé on voit la figure d’un bénédictin en aube, l’encensoir à la main ; cette figure est en pierre haute d’environ 4 pieds et demi, placée sur un piédestal gravé uni. »

31Le tri du matériel lapidaire a permis de retrouver certains éléments  appartenant aux extrémités des branches de la  grande rose qui mesurait environ huit mètres de diamètre. La numérisation de ces pièces  permet non seulement de retrouver les dimensions exactes de la rose, mais également de les replacer dans la reconstitution virtuelle de la façade.

32L’interprétation de l’esquisse de Van Riesamburgh (1814) (fig. 8), réalisée depuis l’intérieur de l’église, en direction du revers de façade, soulève d’autres questions. Ce dessin peut paraître sommaire, mais indique la présence d’une arcature de type gothique, située sous la rose. De nombreux fragments découverts en 1988 appartiennent à cette partie du bâtiment.

Fig. 8 – Cluny, dessin de Fabien Van Riesamburg, 1814.

33De nombreux restes très colorés, généralement rouge, blanc et noir, appartiennent peut-être aux parties latérales du portail où se trouvaient, selon Dumolin, les statues de Jean l’Évangéliste, Pierre et Étienne (fig. 7).

Fig. 7 – Cluny, fragments trouvés en 1988.

34Les travaux de dépoussiérage et d’étude des polychromies sont en cours. L’extrême fragilité des couleurs nécessite la mise en place d’un type de refixage adapté.

De Viollet-le-Duc à Conant

35Un parallèle intéressant a pu être fait par Guillaume Schotté (ingénieur Arts et Métiers-ParisTech) concernant les plans de Conant qui semblent directement inspirés de ceux de Viollet-le-Duc. Dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, publié en 1889, l’auteur présente le plan de la basilique de Vézelay, édifice qu’il a abondamment repris et dont l’avant-nef semble avoir fortement inspiré Conant. La structure des piliers en correspondance avec les éléments de l’élévation est identique, dans les restitutions de Conant, entre Cluny et Vézelay.

36Un lien existe donc entre Viollet-le-Duc et Cluny. En effet, l’architecte, Jean-Charles Laisné (1819-1891), qui a rénové le palais du pape Gélase à Cluny, a travaillé avec Viollet-le-Duc et Questel. En 1855, il succéda à Questel comme architecte chargé de restaurer, entre autres, Saint-Philibert de Tournus, puis Notre-Dame de Dijon (1865-1870). Conant connaissait certainement les travaux de ces architectes réputés.

37Les calculs de Viollet-le-Duc s’avèrent donc utiles pour restituer les volumes architecturaux de l’abbaye de Cluny. Il faut cependant être conscient du fait que les techniques de construction médiévales étaient soumises à des contraintes matérielles inhérentes à l’époque. Le témoignage de Villard de Honnecourt au XIIIesiècle permet d’en mesurer certains aspects. D’ailleurs les difficultés rencontrées lors de la restitution en 3D ont permis de le comprendre rapidement, car il est maintenant difficile de reproduire toutes les nuances du chantier médiéval.

  • 20  G. Rollier, Rapport de relevés d’élévations, ancienne priorale clunisienne, bras nord du transept,(...)

38L’étude des élévations de Paray-le-Monial atteste des difficultés techniques rencontrées par les artisans médiévaux 20 et qui expliquent certaines irrégularités dans la réalisation des voûtes.

Conclusion

39La présence d’une équipe interdisciplinaire permet une étude très poussée du bâtiment médiéval, à la fois architecturale et archéologique. Si les ingénieurs recalculent précisément chaque élément à partir des vestiges conservés, l’historien d’art confronte la restitution avec la documentation existante et les archéologues valident chacun des détails en fonction de leurs découvertes.

40L’étude du matériel archéologique découvert en 1988-1889, permet de réactualiser sensiblement les recherches de Conant, et constitue une aubaine particulièrement intéressante pour connaître les façades romane et gothique de la grande abbatiale de Cluny.

41Quant à l’étude complète de l’avant-nef, il est difficile de reconstituer la marche du chantier, qui se situe dans une période historique et artistique bien particulière, entre 1120 et le milieu du XIIIesiècle. La construction des cinq travées, de dimensions décroissantes, a certainement posé de nombreux problèmes, en raison de la configuration du terrain. Une étude archéologique des tours Barabans serait maintenant nécessaire pour mieux comprendre les étapes de mise en place de la façade gothique.

Fig. 9 – Cluny, Restitution de l’élévation extérieure de l’avant-nef (maquette en 3D réalisées par J. Landrieu, F. Lerda, G. Schotté).

42a

Haut de page

Notes

1  N. Stratford et D. Walsh, Corpus de la sculpture clunisienne, vol. 1, publication en cours, 2009. Le premier volume concerne les parties orientales de l’église, le second volume s’occupe du patrimoine civil (J.-D. Salvèque et P. Garrigou-Grandchamp).

2  Avec la collaboration de Stéphanie Castandet, doctorante (Iramat-Institut de recherches sur les archéomatériaux, Crp2a , Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie, UMR 5060 Cnrs, université de Bordeaux III, Pessac), Yanislava Georgieva (Master 2, université Lyon II) et Sybille Gorsse, étudiante préparant un Master 2 (université Lyon II) et toute l’équipe Gunzo dirigé par Christian Père, Maître de conférences (Arts et Métiers-ParisTech, Centre de Cluny). Les ingénieurs travaillant à la réalisation d’une maquette virtuelle de la grande abbatiale sont : Emmanuel Durand, Sébastien Faucher, Osmond de Ganay, Guillaume Lemeunier, Jérémie Landrieu, Frédéric Lerda, Guillaume Schotté, Emmanuel Tramoy et Nicolas Gschwind (étudiants en 2e année).

3  Du 16 au 19 février 2009, plusieurs essais ont été réalisés par une équipe constituée de Bernard Vallet – photographe professionnel, spécialiste de la prise de vue aérienne et panoramique –, Renaud Keriven – directeur du laboratoire de recherche de l’École des Ponts ParisTech, dont les recherches s’orientent entre autres vers la reconstruction 3D de précision de bâtiments à partir de photos –, Hiep vu Hoang – qui prépare un doctorat sur la photomodélisation dans ce même laboratoire – et Guillaume Lemeunier – ingénieur photomodélisation au sein de l’équipe Gunzo.

4  Colloque nommé pour l’instant « Archéo-technologie », organisé par Arts et Métiers-ParisTech Centre de Cluny, équipe Gunzo : Christian Père, Frédéric Delmas, Bénédicte Bonnet et Delphine Faure.

5  Gilles Rollier, Rapport de synthèse-fouilles de sauvetage 1988-90-Narthex de Cluny lll et cour abbatiale, non publié ; Gilles Rollier, « Les fouilles archéologiques de l’avant-nef », Cahiers du Musée d’art et d’archéologie de Cluny, juillet 1996, p. 16-21

6  L’arraba est un décor ornemental constitué d’une frise horizontale et de deux bandes latérales. K. J. Conant, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre, Mâcon, 1968, p. 110. D’autres exemples d’arraba sont conservés à Salles-en-Beaujolais ou le portail nord de Paray-le-Monial.

7  É. Vergnolle, L’art roman en France, Paris, 1994, p. 238.

8  B. Dumolin, Description historique et topographique de la ville, abbaye et banlieue de Cluny, Cluny, 1749-1798 (musée Ochier, ms. 71).

9  B. Maurice, la Maior Ecclesia, Cluny, 1988, p. 40. K. J. Conant, Cluny…, op. cit., pl. XXI.

10  Provenant des fouilles de l’avant-nef en 1988-1989 par Gilles Rollier.

11  A. Blanc, C. Lorenz et J.-D. Salvèque, « Les différentes carrières exploitées lors de la construction de Cluny III », in Le gouvernement d’Hugues de Semur à Cluny, Cluny, 1988, p. 337.

12  A. Blanc, C. Lorenz et J.-D. Salvèque, « Les différentes carrières… », ibid., p. 337.

13  É. Vergnolle, L’art roman…, op. cit., 1994.

14  B. Marguery-Melin, La destruction de l’abbaye de Cluny, 1789-1823, Cluny, 1985 ; J.-D. Salvèque, « La destruction de l’abbaye », et D. Iogna-Prat , « Cluny au XlXe siècle », Dossiers d’archéologie, no 269/270, déc./janvier 2001/2002.

15  É. Vergnolle, L’art roman…, op. cit., p. 240.

16  É. Vergnolle, L’art roman…, ibid., p. 240. « Les figures du tympan étaient si dégagées que par endroits, l’épaisseur du bloc de pierre se trouvait réduite à cinq centimètres. Les personnages se détachaient donc fortement sur un fond nu. Il en était de même pour les apôtres des écoinçons, comme le montre le saint Pierre traité presque en ronde-bosse. »

17  P.ex. l’église de Perrecy-les-Forges église, qui dépendait de Saint-Benoît-sur-Loire, a été dotée d’une avant-nef vers 1120. É. Vergnolle, L’art roman…, ibid., p. 240. Dans cet exemple, il faut noter que les reliefs sont très dégagés, en comparaison avec ceux du linteau, qui sont moins profonds – scènes de la Passion : Christ au jardin de Gethsémani, baiser de Judas, arrestation de Jésus et comparution devant le grand prêtre Caïphe.

18  K. J. Conant, Cluny, op. cit., p. 119.

19  Dessin conservé au Musée Ochier, reproduit par K. J. Conant (pl. XlX).

20  G. Rollier, Rapport de relevés d’élévations, ancienne priorale clunisienne, bras nord du transept,Paray-le-Monial, 2004 ; G.  Rollier, Rapport de relevés d’élévations. Nef de l’ancienne priorale clunisienne, Paray-le-Monial, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Cluny, vue des fouilles de l’avant-nef en 1988.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2 – Cluny, quelques fragments (fonds Rollier : a, fonds Conant : b et c).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 3 – Cluny, quelques fragments provenant des fouilles de 1988 (clichés J. Rollier).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4 – Cluny,dessinde J.-B. Lallemand, vers 1773 (Bibl. nat.).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 5 – Cluny, maquette en plâtre et travaux de puzzle au sol (Conant).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 6 – Cluny, dessin de la façade gothique, J.-B. Lallemand, vers 1773 (Musée Ochier, Cluny).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 8 – Cluny, dessin de Fabien Van Riesamburg, 1814.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 7 – Cluny, fragments trouvés en 1988.
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9 – Cluny, Restitution de l’élévation extérieure de l’avant-nef (maquette en 3D réalisées par J. Landrieu, F. Lerda, G. Schotté).
URL http://cem.revues.org/docannexe/image/11058/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Rollier-Hanselmann, « Reconstitution des portails de Cluny III : des fouilles de Conant à l’imagerie virtuelle en 3D », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA, 13 | 2009, 157-170.

Référence électronique

Juliette Rollier-Hanselmann, « Reconstitution des portails de Cluny III : des fouilles de Conant à l’imagerie virtuelle en 3D », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 13 | 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 26 juin 2016. URL : http://cem.revues.org/11058 ; DOI : 10.4000/cem.11058

Haut de page

Auteur

Juliette Rollier-Hanselmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus du Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études médiévales d'Auxerre
  • Revues.org